La FLOK Society ou les communs de la connaissance

Penser autrement: 

Comment traduire les communs en processus de transformation systématique de la société ? L’Equateur lance une initiative qui vise à faire se rencontrer les hackers et les communautés indigènes autour du partage de la connaissance.

FLOK est l’acronyme de Free/Libre Open Knowledge Society, la société pour la connaissance libre et ouverte. Le projet est ainsi présenté sur le site de Remix the Commons :

Alors que le « Buen Vivir » vise à remplacer l’accumulation aveugle de la croissance économique par une forme de croissance qui profite directement au bien-être du peuple équatorien, le « Buen Saber » vise à créer des communs de la connaissance ouverts qui faciliteront une telle transition ; à travers le projet de recherche Free/Libre Open Knowledge (FLOK), l’Équateur entreprend de refonder son économie en déclenchant une transition nationale vers une société de la connaissance libre et ouverte.

Parmi les actions prévues, il y a la mise en place d’un réseau mondial de chercheurs sur la transition, emmené par Michel Bauwens. Un premier séminaire international a lieu ces jours-même en région parisienne, au cours duquel Michel Bauwens et Bernard Stiegler emmèneront les débats sur des questions telles "Sur quels territoires et à quelles échelles doit-on mobiliser les communs de la connaissance pour une transformation sociale, culturelle, économique et politique vers une société plus juste, plus participative et, consciente et respectueuse des limites de la planète ?"

Le marché, la puissance publique et la société civile sont les trois objets sur lesquels porte la transition. Pour chacun de ces axes, il s’agit d’analyser les apports des communs de la connaissance aux débats et aux luttes sociales et politiques en cours, pour, dans la mesure du possible, élaborer des propositions, dégager des lignes de forces et des stratégies de convergence sectorielles et territoriales. En savoir plus ....

 

Remix the commons :

 

Conférence (en anglais) de Michel Bauwens au Congrès Borders to Cross à Amsterdam en October 2013

Transcription textuelle de cette conférence