La sociocratie , ou les forces créatives de l’auto-organisation

Penser autrement: 

Le terme « sociocratie »  - inventé par Auguste Comte à la fin du XIXeme siècle - réfère à un mode de prise de décision et de gouvernance qui permet à une organisation de se comporter comme un organisme vivant, de s’auto-organiser. Cela devient possible lorsque toutes les composantes de l’organisation sont en mesure d'exercer une part du pouvoir sur la gestion de l’ensemble : c'est ce que permet le dispositif sociocratique.

 

Décision et mise en oeuvre requièrent des structures différentes. Les pyramides hiérarchiques sont de bons outils d’exécution, mais non pas de prise de décision. La décision démocratique prise à la majorité crée par définition des minorités insatisfaites. Qui n'a fait l'expérience d'interminables débats stériles où les ténors s'affrontent et dont rien ne sort de concret. En mode de gouvernance sociocratique, les cercles se superposent à l’organigramme hiérarchique; les cercles ont des objectifs précis, débat, amélioration ou prise de décision. L’exécution des décisions retourne ensuite à la structure pyramidale, pour leur mise en oeuvre.

 

Essayer de changer les individus ou de modifier la structure d'exécution sans modifier la structure de communication et de prise de décision n'apporte aucun changement significatif dans les rapports humains, donc aucun changement réel. Par l'instauration des 4 règles de communication et de prise de décision qu’elle propose, la sociocratie rétablit un ordre naturel des choses au sein des organisations.

 

 

Une structure de concertation : Le cercle

 

L’organisation met en place une structure de prise de décisions constituée de cercles semi-autonomes d’individus.

Chaque cercle poursuit un but clairement identifié et organise son fonctionnement comme sous-système de l’organisation. Il est responsable de l’ingénierie de ses processus de travail, qu’il doit définir en termes d’objectifs, d’activités et de mesure des résultats. Un cercle établit ses propres politiques sur la base du consentement de ses membres. Il élabore son propre système d’information et d’éducation permanent par la recherche expérimentale, l’enseignement formel et l’apprentissage sur le tas. Les décisions du cercle sont prises à l’occasion de rencontres spéciales aussi appelées cercles de concertation.

 

 

Un mode de prise de décision : Le consentement

 

Le mode de prise de décisions d’une organisation sociocratique est le consentement. Le consentement signifie : zéro objection valablement argumentée. En d’autres termes,  dans un cercle sociocratique, aucune décision d’ordre politique (qui affecte le fonctionnement de l’unité et l’organisation du travail) ne sera prise si un seul des membres y oppose des objections raisonnables. L'objet de la décision sera retravaillé voire renvoyé en groupe d'amélioration jusqu'à ce que le consentement sans objection puisse être atteint.

 

 

L’élection ouverte et argumentée des personnes

 

En sociocratie, personne ne se présente pour une élection. Le choix et l’affectation des personnes dans une fonction ou la délégation d’une tâche se fait après nomination argumentée et ouverte d'une personne par chacun des membres du groupe. L'élection finale se fait sur la base d'un consentement sans objection de l'ensemble.

 

 

Une représentativité sécurisée : Le double lien

 

Un cercle est relié au cercle qui lui est immédiatement supérieur par un double lien. Cela signifie qu’au moins deux personnes, le responsable de l’unité de travail et un membre délégué par le cercle sont membres du cercle immédiatement supérieur.

 

Soirées d'initiation pour goûter au processus appliqué à des situations réelles.