Construire en paille

Penser autrement: 

.. et le loup souffla, et cracha et hurla : et la maison en paille et en bois ne bougea pas, et les petits cochons restèrent tranquillement chez eux, au chaud même sans chauffage d’appoint. Alors que celui qui habitait la maison en pierre, lui, continua à payer de lourdes factures énergétiques et à en transmettre la plus grande partie aux générations futures qui auront à gérer la détérioration du climat intervenue entretemps, et la gestion des matériaux de chantier quand les bâtiments devront être démolis.

Bon, la vie et l’urbanisme durable sont plus compliqués qu’une fable, on est d’accord. Néanmoins la présence à Lausanne de 200 personnes assidues pendant 2h30 alors que le soleil radieux de ce samedi après-midi de mars 2008 appelait plutôt aux terrasses et à la vadrouille témoigne de l’intérêt soulevé par les mésaventures du collectif Straw d’la Balle. Ce groupe de jeunes gens avait construit en automne dernier une maison en paille en pleine ville de Lausanne, pour la démonstration. Leur maison a été détruite par un incendie vraisemblablement criminel (l’enquête est en cours), mais ils ont tout de même complètement réussi leur coup dans la mesure où la couverture médiatique accordée à l’événement a fait connaître leurs propositions dans toute la Suisse romande.

La paille est un matériau pauvre en énergie grise, disponible localement, recyclable, bon marché De plus, l’usage de la paille crée du travail et ne requiert que peu de compétences spéciales lors de son utilisation : il faut en effet des bras pour pouvoir rapidement profiter des conditions météorologiques pour la mise en place des balles hors pluie. La paille est propice à l’autoconstruction.

Ils étaient deux pros de la paille pour nous expliquer et nous montrer comment se passe la construction d’une maison en bois et en paille : Werner Schmidt, architecte à Trun dans les Grisons, qui a déjà réalisé 11 bâtiments d’habitation en Suisse et dans le Tyrol du Sud et Peter Braun, ingénieur EPFZ, qui se charge des calculs de statique des bâtiments. Ils ont montré les images filmées lors de leurs derniers chantiers et répondu à toutes les questions concernant la sécurité, le feu, l’eau, les rongeurs, la stabilité des murs, etc. d’une salle avide de détails techniques et de savoir faire.

A voir leurs images et entendre leur discours, on se prend à rêver : il serait donc possible de semer son blé en automne, le moissonner au début de l’été, faire sécher sa paille et construire en juillet, crépir à l’argile en sculptant des formes douces, laisser sécher puis blanchir à la chaux en automne, et fêter Noël au coin du feu dans sa nouvelle maison !

Les enthousiasmes et la détermination des autoconstructeurs étaient quasiment palpables dans la salle, tout comme les rêves des plus ou moins mal-logés et autres locataires aspirant à "habiter autrement " la ville. Toutes les images que nous avons vues concernaient toutefois des maisons individuelles. Or si des techniques comme la paille et le bois ont de quoi intéresser voire enthousiasmer les constructeurs soucieux de préservation de l’environnement et de maîtrise des coûts énergétiques, il ne faudrait pas pour autant passer sous silence la question de l’économie du sol. Couvrir le territoire de maisons individuelles, fussent-elles en bois et en paille, n’est pas une solution soutenable ! L’étalement urbain et le mitage du paysage par l’habitat individuel reste tout à fait contraire à un développement soutenable, ne l’oublions pas.

Heureusement Werner Schmidt a laissé échapper qu’il est actuellement en train de construire un immeuble à trois niveaux plus combles habitables et a signalé quelques immeubles en paille existants :
- à Sieben Linden, un écovillage en Allemagne, une maison pour 6 familles
- aux USA (je n’ai pas capté le nom de la ville) une maison communale de 6000 m2 au sol.

Dans le canton de Vaud, il semblerait que la réglementation soit pour l’instant assez restrictive, n’autorisant la construction en paille que pour un bâtiment à 1 seul logement. Il serait interdit de faire des logements collectifs. Mais les temps changent, les expériences et les démonstrations sont en cours, les réglementations vont devoir s’adapter. Si les choses sont possibles en Suisse allemande, elles devraient le devenir en Romandie : le processus est à enclencher !

- Fachverband Strohballenbau Deutschland
- Réseau européen des constructeurs en paille
- Werner Schmidt, architecte
- Exemple de réalisation de maison de vacances en paille

- Groupe pour les Technologies appropriées

- 150 plans de maisons en paille
- Scénario d’une construction en images
- Un dossier complet, chiffré et argumenté, mais en anglais

 

 PS

Une Maison en Paille documentaire de Boris Claret (durée environ 80 mn) - disponible depuis début juillet 2008 - Visionner la bande annonce sur Daily Motion

La famille a entrepris de construire sa maison en paille en 2006, avec le concours d’une équipe d’éco-batisseurs et au beau milieu d’un lotissement de la banlieue toulousaine. Le réalisateur Boris Claret a accompagné leur aventure sur plus d’un an et demi. Des fondations à la crémaillère, le film nous invite à suivre, pas à pas, l’avancement du chantier et l’évolution de leur prise de conscience de la place que chacun peut prendre pour construire une relation plus juste à notre monde.

 

Pour commander ou pour plus d’information : www.lacastagne.org

Tapez "maison en paille" sur Google, et vous aurez de quoi occuper votre soirée !