De la tragédie des biens communs

Ressources: 

La guerre des forêts - Edward P. Thompson

Edward. P. Thompson./La Guerre des forêts. Luttes sociales dans l’Angleterre du XVIIIe siècle //Traduit par Christophe Jaquet de Whigs and Hunters : The Origin of the Black Act/.
Présenté et commenté par Philippe Minard. Éditions La Découverte, (collection Futurs antérieurs), 196 pages.

 

Il s'agit d'un ouvrage majeur sur les racines historiques de l'expropriation des communs et les premières formes de désobéissance civile au XVIIIe siècle, brutalement réprimées par les autorités britanniques de l'époque. Comme le dit si bien Minard dans son interview, c'est le récit de la résistance désespérée de perdants magnifiques, ces braconniers qui tentaient de résister à la privatisation des terres et des forêts.

 


Philippe Minard. Boîte à Idées par Mediapart

 

Dans le courant de son discours, il cite notamment les travaux de l'économiste Elinor Oström, qui a reçu le prix Nobel en 2009 pour son analyse de la gouvernance économique, et en particulier, des biens communs. ​

Eleonor Ostrom a identifié huit "principes fondamentaux"pour soutenir la création et le maintien d'un bassin de ressources communes :

  1. des limites nettement définies (impliquant une exclusion des entités externes ou malvenues)
  2. des règles bien adaptées aux besoins et conditions locales et conformes aux objectifs
  3. un système permettant aux individus de participer régulièrement à la définition et à la modification des règles
  4. une gouvernance effective et redevable à la communauté vis-à-vis des appropriateur
  5. un système gradué de sanction pour des appropriations de ressources qui violent les règles de la communauté
  6. un système peu couteux de résolution des conflits
  7. une auto détermination reconnue des autorité extérieures
  8. S'il y a lieu, une organisation à plusieurs niveaux de projet qui prend toujours pour base ces bassins de ressources communes.

Lire aussi dans le n°65 de la revue Management et Avenir  la traduction française par Roland Perez de l'article de E. Brondisio, E. Ostrom, O. Young "Connectivité et gouvernance des systèmes socio-écologiques multiniveaux: le rôle du capital social" p 108-140

Dans le même registre, sur l'histoire longue des commoneurs et de leur marginalisation/ persécution, signalons aussi deux livres de l'historien américain Peter Linebaugh spécialiste de l'histoire anglaise: L'Hydre aux mille têtes, l'histoire cachée de l'atlantique révolutionnaire écrit avec Markus Rediker, traduit en français et publié aux Editions Amsterdam (2009) et The Magna Carta Manifesto - Liberties and commons for all (2009) qui est sans doute l'ouvrage majeur sur l'histoire des communs et leur postérité. ​(pas encore traduit en français)