New Story Summit Findhorn : session 5 (Satish Kumar)

Penser autrement: 

Ressources: 

Suzi chante

Drew Dellinger dit un poème : Dieu n'est pas une personne. Dieu est l'existence même. Toute créature est pleine de Dieu.

Satish Kumar dirige actuellement Schumacher College. 

Nous commençons à passer de l'âge de la séparation à celui de la connexion. Tout est connecté. Comme l'index et le pouce dans le mudra indien. Le nouveau récit, sera celui de la reconnexion. Bhagavad Ghita est un livre magnifique rempli d'enseignements, mais elle file la métaphore du guerrier et du héros. Et lui préfère celle du pèlerin. La vie est un pèlerinage. Le pèlerin est libre de conditionnements, d'agendas. Un pèlerin n'est pas un touriste qui suit son programme son guide à la main.Le pèlerin est libre d'attentes.Il est ouvert à ce qui va arriver. Le pèlerin accueille les difficultés, les problèmes comme autant de raisons d'apprendre et de grandir. Eloignons-nous des combats héroïques, devenons des pèlerins de la vie. 

Inspiré par l'engagement de Bertrand Russel, prix Nobel de philo, mis en prison à 90 ans pour sa protestation contre l'arme nucléaire, Satish a marché de Bombay à Londres en passant par Moscou  pour la cause de la paix, sans le moindre argent. La paix commence avec la confiance. Tu dois être la paix, incarner la paix, et non pas seulement parler de ou manifester pour la paix. Donc ni argent ni provisions.

abandonner la peur de l'inconnu, de l'autre, du futur... Les miracles arrivent quand on n'a pas d'argent.Quand on est pèlerin, toutes les étiquettes disparaissent : religieuses, nationales, politiques... On rencontre des êtres humains.

Lui et ses compagnons sont arrivés jusqu'à Washington DC. où ils ont rencontré Martin Luther King. Ils ont ensuite passé par le Japon.

Le pèlerin n'a pas de destination. Chaque moment est sa destination. En occident, on est tellement obsédés par le résultat, la production... Le Nouveau Récit dira que la vie est un don à chaque instant. L'Univers se célèbre lui-même à chaque instant : les miracles sont constants. 

Le Nouveau Récit, c'est que nous devenions tous des pèlerins. 

Questions :

Les Nations peuvent-elles devenir des pèlerins ?

Il n'est pas nécessaire de se déplacer dans la géographie. Le mouvement se fait, mais parfois les nations restent coincées dans de vieilles idéologies. 

Nous sommes tous interconnectés. La dualité, la séparation c'est du vieux récit. Le nationalisme, c'est du vieux récit. Seul l'intérêt de la Terre et de l'humanité entière est réel. Son livre : Soil, soul, society. Une trinité dont il faut prendre conscience.

Syrie ? Irak ? les frappes occidentales ?

Avant de leur balancer des bombes, on devrait mettre les gens autour d'une table. On n'a pas besoin ni des USA, ni de UK etc. pour régler leur problème. Nous devrions faire pression sur nos gouvernements pour qu'il y ait conférence entre les belligérants. Les bombes sont des solutions anciennes, obsolètes et inefficaces pour résoudre les problèmes humains.

Malgré les guerres qui se déroulent, la très grande majorité des humains vivent en paix, s'occupent de leurs enfants, cultivent et produisent en paix. En confiance. Il a une immense confiance en les humains.

L'argent et les affaires ont besoin des guerres.

Compagnie = cum pane. Partager le pain. Les entreprises sont des compagnies.Il encourage ses étudiants à ne pas devenir des employés de grandes boîtes, mais à déployer leur créativité en créant leur propre emploi. Nous devons réinjecter de la poésie dans nos vies. Nos écoles nous lavent le cerveau en nous enseignant que l'école sert à trouver un emploi. On vient déjà recruter les petits à l'école primaire ! La vie est autre chose que l'emploi.

La paix n'est pas une destination. Le chemin se fait en marchant. Le pèlerin traite les problèmes en marchant, sans penser qu'un jour tout sera parfait sur Terre. La colère et la guerre font partie de notre lot humain. Il s'agit de maximiser notre confiance, notre générosité, et minimiser nos peurs, nos agressivités.... La vie est un voyage.

 

Il faut des soldats qui se battent pour libérer les opprimés et les prisonniers, non ?

La non violence, c'est de lutter contre des idées, des idéologies, pas contre les personnes. Les soldats guerriers, c'est de l'histoire ancienne., On ne peut pas se battre pour la paix. Il s'agit de lutter contre l'idée de séparation. Nous sommes Un. Nous sommes membres d'une seule communauté humaine. Il ne s'agit plus de protéger les uns contre les autres. 

 

Les humains se bagarrent toujours pour le pouvoir et on du mal à se supporter mutuellement. Devenir pèlerins  ne va pas y changer grand chose.

Le temps s'en vient. Il faut laisser du temps au temps. Il n'y a pas d'urgence. Les systèmes auto-organisés se multiplient. Faire confiance à la vie.

 

On peut bien désigner les entreprises, les gouvernements, les guerres...Mais est-ce que Findhorn n'est pas en train de devenir une entreprise ? 

Findhorn n'a pas été créé pour faire du profit. Quelle a été l'intention ? sûrement pas le prestige ni le succès financier, mais la réalisation de chacun (fulfilment). Les organismes auto-oganisés sont toujours petits. Small is beautiful. Findhorn pourrait croître en qualité, ou croître en se démultipliant.

 

Drew Dellinger dit un poème. Il est 2h du matin et je ne dors pas. Mes arrière-petits enfants m'appellent et me demandent ce que j'ai fait quand le monde était en train de se défaire....

 

La session se termine par un moment de calme en laissant percoler tout ce qui vient d'être dit.