New Story Summit Findhorn : commentaires et citations

Penser autrement: 

Les principes du nouveau paradigme

Tranformation globale et sagesse féminine

Trad. Du site WakingupTogether d’Elizabeth Rabia Roberts

 

La plupart des dirigeants d’aujourd’hui ont été profondément influencés par l’ancien paradigme. Quand ils regardent le monde, ils voient des objets séparés les uns des autres et non pas ce qui les relie. Et en tentant de résoudre les problèmes un à un, il perpétuent la fragmentation du monde. Nombre de dirigeants sont toujours convaincus que cette ancienne approche des choses permet de mieux gérer la complexité. Mais le prix à payer est énorme et caché : nous ne sommes plus capables de voir les conséquences de ce que nous faisons. Nous avons perdu le sens de notre connexion intrinsèque au monde.

Le passage progressif vers le nouveau paradigme scientifique et spirituel – le Nouveau Récit – est déterminant : c’est ce qui va nous donner une autre façon de voir la vie et comment les choses fonctionnent ; une autre façon d’aborder les problèmes.

Principes du Nouveau Paradigme : une plénitude ininterrompue

1. Tout est relié à tout 
Tout organisme, communauté, entreprise, organisation, ou problème politique se définit par ses relations avec le reste de la vie. 

2. Les humains ne sont pas séparés du reste de la nature
Nous sommes tous de très beaux fils de la trame de la vie. Le bien-être des humains est intrinsèquement lié au bien-être du système Terre.

3. Bien que différents, l’esprit et la matière sont inséparables Dès sa création, l’Univers est animé d’un esprit, d’une intention ou d’une conscience. L’esprit est inséparable de ses manifestations. C’est une seule et même réalité, vue sous différentes perspectives, tout comme l’intérieur et l’extérieur d’une maison ; on ne peut ni les séparer ni les confondre.

4. Nous sommes Esprit. 
Ni ne l’avons, ni ne le méritons ou le recevons Nous sommes l’Esprit qui se dévoile dans son infinie diversité changeante dans cet espace-temps. Ni nous n’avons pêché, ni nous ne sommes déchus de la grâce. Ici est notre demeure. Point.

5. La valeur de la vie lui est inhérente. 
Le bien-être et la floraison de la vie sur Terre est une valeur en soi, indépendamment de l’utilité que les humains peuvent ou non trouver au monde non-humain.

6. L’Univers n’a pas été créé ni n’est maintenu de l’extérieur
Tout émerge et se déploie spontanément, s’auto-régule et évolue selon ses propres lois.

7. Dans les systèmes vivants, le tout est toujours plus grand que la somme de ses parties.
Le tout évolue selon les expériences des parties.

8. C’est la diversité et non la similitude qui assure la santé des systèmes. 
La vie ne créée pas de monocultures, ni chez les êtres, ni dans les cultures, ni dans la nature. Les monocultures finissent toujours par s’effondrer faute de rétroactions suffisamment diversifiées dans un monde qui change constamment.

 9. La vie avance en cherchant ce qui marche, et non pas ce qui est juste.
Dans la vie, ce qui « marche », ce sont les interconnections capables de démultiplier les opportunités relationnelles, de créer de la diversité, de la complexité et de l’ordre.

10. Les changements dans des petits systèmes provoquent des changements dans de grands systèmes, parfois même non localement.  Tout individu, abeille, voiture, arbre… influence le monde entier et nos comportements peuvent avoir des conséquences à distance, là où on ne l’aurait jamais imaginé.

11. Au contraire des systèmes mécaniques, les systèmes vivants ne changent pas de manière incrémentale.
Dans la vie, le changement intervient par à-coups, ajustements, surprises, connexions invisibles et sauts quantiques. 

12. Une légère variation des conditions initiales peut causer des effets énormes, inattendus et apparemment sans lien causal. Pensez au succès de Harry Potter, à la chute du Mur de Berlin, à l’omniprésence de Facebook, à l’émergence du journalisme citoyen … chacun de ces phénomènes a produit à large échelle des effets imprévisible sur le système mondial. 

13. Tout système vivant a deux tendances. La première est la tendance de s’auto-affirmer pour préserver son individualité et l’autre est la tendance intégrative à fonctionner comme partie d’un tout plus grand. La création d’un équilibre dynamique entre ces deux tendances est une condition de survie pour toute communauté durable ou autre système vivant.

14. Nous co-créons ce que nous croyons être la réalité  La façon dont nous nous y prenons pour comprendre les choses est de chercher une information qui ait du sens pour nous d’une manière ou d’une autre, compte tenu de ce que nous croyons être la réalité.Et comme le Nouveau Récit va changer notre perception du sens d’être un humain, cela va influencer notre façon de percevoir la réalité – et nous permettre par conséquent de voir émerger des solutions fraîches  pour résoudre nos problèmes de façon  radicalement nouvelle.

15. On ne peut pas prédire, ni diriger ni contrôler des systèmes vivants. 
On ne peut pas délimiter clairement les causes et les effets. Nos efforts pour créer des plans détaillés, des cartes ou des analyses informatiques sophistiquées de prédictabilité, ne sont le plus souvent que trompeurs et peuvent même conduire à des résultats catastrophiques. On ne peut pas déterminer des résultats précis. Personne ne le peut. Cela devrait induire plus d’humilité dans les milieux qui bricolent dans l’économie, la politique et l’environnement.

Ces principes appellent un changement fondamental dans notre façon d’approcher la vie.

Nous sommes aujourd’hui mis au défi de reconstituer le tout au-delà de ses innombrables fragments. Nous devons prendre le recul nécessaire pour pouvoir apprécier la façon dont les choses se meuvent et changent en tant qu’une entité cohérente. Nous devons apprendre à voir la fluidité, accueillir les relations et reconnaître que toutes les frontières sont poreuses.

Et pour cela, il faut établir des collaborations continues entre un grand nombre points de vue divergents. Les scientifiques de pointe, les dirigeants intelligents et les maîtres spirituels ne cessent de nous le dire : tout est si étroitement interconnecté, que nous ne pouvons pas nous permettre de continuer à agir comme si elles étaient séparées – ni au niveau de la famille, ni à celui du pays ni à celui de l’international. Voilà le Grand Œuvre que nous avons à accomplir.

 

Source : http://wakinguptogether.org/principles.shtml