L'économie du don selon la Fondation Findhorn et Charles Eisenstein

Penser autrement: 

Ressources: 

L'économie du don n'est pas juste un nouveau dispositif économique technique, c'est une expérience sociale, psychologique, humaine profonde, capable de changer durablement notre comportement et nos sociétés.

gift-economy-report-cover

La Fondation Findhorn publie un rapport détaillé et fort intéressant sur ce qu'a impliqué pour eux l'organisation de leur dernière Conférence sur le Nouveau Récit, de l'automne dernier sur le mode du don. A savoir que les participants ont été invités à donner ce que chacun-e voulait plutôt qu'à payer son entrée... ce qui a pas mal compliqué les choses souvent, bousculé les états d'esprit beaucoup, obligé à reconsidérer la comptabilité de fond en comble...et au final a été une expérience humaine formidable pour l'ensemble de la communauté - qui vit de toutes façons toujours à la limite de l'équilibre budgétaire.

 

 

 

Ils en ont tiré quelques apprentissages et règles de fonctionnement à adopter en cas d'organisation d'un événement  en économie du don : 

  • Garder confiance et sourire en examinant les motivations.
  • Etre très clair dès le début sur les principes de l'économie du don et s'assurer que cet état d'esprit du don continue à se déployer tout au long de l'événement
  • Etre clair et transparent sur les dons qui ont déjà été reçus au début de l'événement et dire ce qui manque pour couvrir les coûts et / ou atteindre le seuil de rentabilité; dévoiler toute autre information financière pertinente.
  • S'attendre à ce que des dons sous forme monétaire et non-monétaire continuent d'affluer longtemps après l'événement et de façon imprévisible.
  • Savoir que si l'on peut quantifier les dons monétaires dans un rapport, il est impossible de mesurer les multiples autres formes de don ni leur l'impact.


En exergue de leur document, ce paragraphe extrait d'un beau texte de Charles Eisenstein sur l'économie du don : (en anglais)

...

"Pour vraiment vivre dans une économie du don, il est nécessaire de changer d'histoire, ... L'essentiel ne réside pas dans le choix des mots pour le dire mais bien dans la pensée qui les sous-tend, dans le récit dont ils sont issus. Plus nous nous positionnons dans le récit du don, plus nous nous devons d'agir en conséquence, et plus notre alignement ou non-alignement devient clair. Après, il faut sans doute longuement louvoyer entre les écueils sociaux et psychologiques, et prendre en compte les blessures et les conflits enfouis liés à notre conditionnement à la monnaie, qui vont forcément émerger avec la reconfiguration de nos  relations économiques. Et ce n'est qu'en traversant ce processus que nous parviendrons à distinguer ce nouveau monde qui nourrira le voyage et nous permettra d'expérimenter de plus en plus de générosité, de plus en plus de reconnaissance mutuelle autour de nous. En tous cas, c'est mon expérience avec le don. "

- Charles Eisenstein, Shadow, ritual and relation in the gift