On en a marre ! manifeste des Utopies concrètes

Penser autrement: 

Coup de gueule et de semonce des Utopies concrètes (cliquez sur l'image)

 

Convergence des possibles: un outil pour comprendre et articuler les «alternatives»
On arrête tout
On réfléchit
Et c'est pas triste
— l'An 01
On en a marre

Parce que nous allons droit dans le mur

Et que le désastre n'est pas seulement écologique (rapport au monde), mais surtout social (rapports entre nous)
Parce que nous sommes responsables et soucieux de l'héritage que nous laissons à nos enfants
Qu'il faut tout changer, là, tout de suite

Parce que nous sommes partout à ne plus vouloir d'un monde gouverné par l'argent et par une poignée d'oligarques obsédés de pouvoir
Que nous avons besoin de définir collectivement ce qui en lui nous aliène, ce contre quoi nous nous battons et pour-quoi nous vivons

Parce que nous n'en pouvons plus de l'uniformisation des discours médiatiques dominants

Parce que le vieux monde tarde à mourir et que le nouveau tarde à naître

Que nous croyons que le politique est partout
Que nous voulons nous gouverner et nous organiser par nous-mêmes

Parce que nous voulons rétablir les liens avec le monde vivant, avec nous-mêmes et avec les autres

Que nous voulons nous réapproprier notre santé, notre éducation, notre nourriture, notre énergie, nos échanges et nos lieux de vies

Parce que l'avenir porte plusieurs noms et plusieurs formes: autonomie, autogestion, décroissance, transition, résilience, auto-construction, diy, hackers, écosocialisme, coopératives, activisme, communs, convivialisme, écoféminisme, anarchisme, tiers-lieux, hétérotopies, sobriété heureuse, désobéissance civile, et bien d'autres encore

Que nous avons besoin de les formuler, traduire
Comprendre leurs différences, ce qui les oppose ou les rapproche
Produire des objets de médiations et de traversée de ces univers
Dessiner collectivement les frontières de nos espaces politiques, ce que nous n'acceptons plus et ce que nous expérimentons

Parce que nous manquons d'outils simples et libres permettant de représenter et de composer ces mondes, c-a-d d'articuler —et non d'opposer— plusieurs formulations possibles des problèmes et des solutions

Pour un espace de médiation et de dialogue entre les différents mouvement «alternatifs»

Pour rendre visibles et faciliter l'accès aux initiatives concrètes de cette transition
Pour sortir de nos zones de confort
Pour une insurrection tout à la fois philosophique et pratique

Parce que nous sommes nombreux à nous poser ces mêmes questions

Proposition pratique

Le Manifeste des Utopies Concrètes —http://utopies-concretes.org — tente d'esquisser
 — 1) une mosaïque de textes synthétiques
un manifeste extensible pour formuler ce contre quoi on se bat, ce qui nous tient à cœur, pour formuler nos sitions politiques et philosophiques, détailler les points de rupture et de convergence
 

— 2) un réseau de liens
pour représenter et articuler nos références. c'est un graphe des liens hypertextes entre plus de 3000 sites internet, un portail thématique autogéré, d'archivage et de mise en commun (hors Google, Facebook, Twitter) des collectifs, médias, revues, festivals, documentaires, bouquins, ... qui nous tiennent à cœur

— 3) une (meta)carte géographique
agrégation de nombreuses cartes existantes pour localiser près de chez soi les lieux de rencontre et d'échanges, faciliter les passages à l'acte

Qui ?

Nous avons développé cette première version entre quelques ami.e.s
C'est un carnet de recherche collectif ouvert
C'est un premier brouillon imparfait et maladroit, mais qui permet d'ores-et-déjà d'ouvrir la discussion

À tous ceux qui se reconnaissent dans la galaxie de sens que nous essayons de composer, et qui ont le cœur d'y passer une part de leur temps, rejoignez-nous, copiez, critiquez, modifiez, reformulez !

Veuillez agréer, Mesdames, Messieurs, l'expression de nos espoirs les plus fous

(seul-e-s, nous n'allons nulle part)