Le réveil de la société civile genevoise vue par les architectes et urbanistes

Actualités: 

Penser autrement: 

Le Débat de Genève 2016
Territoire genevois, œuvre ouverte


avec:
Adrien BESSON, architecte et docteur ès sciences, group 8, Genève
Alain LÉVEILLÉ, architecte-ingénieur et urbaniste, Genève
Michèle TRANDA-PITTION, architecte-urbaniste, Topos Urbanisme, Genève
Paola VIGANÒ, architecte-urbaniste, Studio 16, Milan

mercredi 27 avril 2016, 18h
Fondation Braillard Architectes, rue Saint-Léger 16, 1205 Genève

Envisager, visionner, créer la vision d'un territoire urbain n'est pas une entreprise en un seul acte. C'est une œuvre ouverte, dont le début et la fin se perdent dans les confins de l'histoire d'une part et de la prospective d'autre part. Et si cette formulation semble quasi tautologique pour la plupart des villes, dans le cas de Genève elle peut être lue comme un oxymore, tant cet organisme urbain à la surface exiguë semble parfois signaler la fin de la partie... Et pourtant, à l'instar d'autres situations à l'apparence confinée (tels les Pays-Bas, Singapore ou Manhattan), le territoire genevois semble mu par l'énergie créatrice de femmes et hommes du projet, animé par des visions politiques et sociales, investi par des intérêts dont la diversité inspire la dynamique. Le cadre législatif évolue et demande des nouvelles interprétations. Les échelles du projet commencent à se superposer pour créer des hybridations programmatiques prégnantes de nouveaux sens. La société civile s'active pour faire valoir des positions souvent contradictoires. La petite république platonicienne sort de sa léthargie lacustre et tutoie un futur métropolitain. Autant de petites secousses qui réveillent les réflexes citoyens, les postures professionnelles et les aspirations intellectuelles à la recherche d'un débat sur le futur du territoire Genevois. Alors, fin de partie ou fin de la récré?