Villes Comestibles, Jardins Urbains et Quartiers Potagers

Actualités: 

Penser autrement: 

Villes Comestibles,
Jardins Urbains et
Quartiers Potagers

C'était le 18 janvier, 
Maryse Rochette formatrice indépendante en paysage et permaculture, nous a présenté un  panorama d'initiatives de jardins comestibles à Genève et ailleurs dans le monde.

Des jardins privés, aux jardins pédagogiques, en passant par les jardins familiaux, et les plantages en pieds d'immeubles, toutes ces formes différentes d'agriculture urbaine sont autant de solutions pour rendre nos villes à la fois plus attrayantes, vivantes et savoureuses et si elles persistent à grandir, plus soutenables ... 

On était plus de 50 !! Des pros, des élus, des fonctionnaires, des profs, des urbanistes, des étudiants et des particuliers. Un public donc très mélangé et très à l'écoute. Maryse nous a fait voyager dans la verdure pendant 1 h.Ensuite de quoi, le débat a porté sur des sujets comme :

  • le potentiel des villes à pouvoir développer de la production agricole en son sein
  • le gros travail qui reste à faire sur les mentalités pour pouvoir introduire ne serait-ce que des arbres fruitiers en ville
  • des initiatives de quartier, comme celle de la Roseraie-Aubépine qui monte une serre végétale pour et par les habitants
  • des projets d'innovation agricole comme celui de Jean-Claude Rey (courtirey.com) qui a conçu un dispositif de culture en étages, une espèce d'immeuble potager sur plusieurs étages, avec un système de jachère en dehors du jardin . Passionnant et ébouriffant !
  • l'appauvrissement et le gaspillage des terres de notre canton : décapage, pourriture, gaspillage par les chantiers. L'alarme était donnée par un pro de l'horticulture, qui constate qu'il ne suffit pas de bonne volonté pour créer des jardins, mais qu'il y faut de la compétence et de l'expertise.
  • L'exemple de Cuba, qui a régénéré ses terres avec l'aide d'insectes et de petites bêtes. Id. pour Pierre Rabhi en Ardèche. Id. à Chambésy !! Ca met 10-20 ans. Id. avec le travail sans labours et le BRF (bois rameal fragmenté). cf. aussi les "jardins lasagne", alternance de couches bois, compost,  etc. enseignés au tout petits
  • Rappel : les jardins urbains ne suffiront jamais à nourrir les villes. Et les humains ne mangent pas que des légumes et la ville ne pourra jamais se passer de la campagne. Les jardins urbains ont cependant une fonction précise de pédagogie, et de lien social, voire de reconnexion avec la Nature.
  • Témoignage : il y a un projet de potagers urbains en cours à Thônex - une formule intéressante de PPP partenariat public privé.
  • Cultiver sur les toits des immeubles ? problème de charge et d'inclinaison. A Genève, seuls 10% des toits seraient utilisables.