Notre alimentation en otage

Penser autrement: 

Ressources: 

 

Bill Gates à Davos pour promouvoir une agriculture high-tech 


L’édition 2012 du Forum économique mondial (WEF) va faire la part belle à sa «nouvelle vision de l’agriculture », qui ambitionne de fournir de nouvelles opportunités d’affaires dans ce secteur, sous couvert de nourrir la planète. Et Bill Gates sera à nouveau présent, comme chaque année, pour vanter les mérites d’une agriculture high-tech, lui qui investit des milliards dans l’agriculture, notamment en Afrique. Avant d’être largement traitée à Davos, l’initiative «New Vision for Agriculture» du WEF a enchaîné l’année dernière au Brésil, en Afrique du Sud, en Indonésie et en Inde «des dialogues public-privé» afin de «parvenir à une croissance agricole durable par le biais de solutions basées sur le marché». 


Et qui est-ce qui pilote cette belle initiative et en «assure la direction stratégique et la sensibilisation», selon le document officiel1? Je vous le donne en mille... Eh bien, la quintessence   de l’agrobusiness mondialisé: Monsanto, Syngenta, Nestlé, Unilever, Wal-Mart, Archer Daniels Midland, BASF, Bayer, Cargill, Coca-Cola, Kraft Foods, et même Swiss Reinsurance Company, personne ne manque à l’appel. C’est dire si nous pouvons dormir tranquilles: l’agriculture et l’alimentation mondiale sont entre de bonnes mains... 


Ce qui frappe en parcourant cette liste, c’est l’absence totale de représentants d’organisations d’agriculteurs, d’organisations internationales, d’ONG, de gouvernements, rien, nada, juste du business, et du lourd, puisqu’on y trouve tous les grands fabricants de semences transgéniques, qui font le forcing pour imposer leurs produits partout dans le monde et gagner de nouvelles parts de marché. 


Le modèle agricole proposé par l’initiative «Une nouvelle vision de l’agriculture » du WEF est clair comme de l’eau de roche: il s’agit d’ouvrir toutes grandes les portes des agricultures des pays dits du Sud et émergents aux multinationales agroalimentaires, avec, à la clé, des paysans chassés de leurs terres pour céder la place à des monocultures industrielles, aux agrocarburants, avec un maximum d’engrais et de pesticides chimiques, et, dans le pipeline également, même si la discrétion est de rigueur, toute la gamme des plantes transgéniques que nous concoctent les laboratoires financés par la Fondation Bill Gates et l’Alliance pour une révolution verte en Afrique (AGRA), présidée par Kofi Annan. 

A aucun moment les paysans africains ne sont consultés. ....

Lire la suite dans Le Courrier du 13 janvier 2012
sous la signature de Catherine Morand, Journaliste, SWISSAID

 

lire aussi : le document publié par le WEF