Absentéisme à l'école et sociocratie

Penser autrement: 

Une meilleure santé grâce au Dr MCS

 

Un groupe d’établissements scolaires du domaine public aux Pays-Bas a notablement réduit son taux d’absentéisme (50%) pour cause de maladie grâce à la méthode des cercles sociocratiques (MCS).

 

Le taux d’absentéisme parmi les 700 enseignants et membres de l’administration de l’école primaire publique d’Enschede a décru de façon significative depuis l’introduction des Cercles sociocratiques dans l’organisation de l’école. De 12,8 % quotidiens en 2001, il est tombé à 5,8 vers la fin de l’année 2011 – ce qui est inférieur à la moyenne néerlandaise qui est de 6.2 %. L’équipe est désormais plus stable et les parents plus contents. Et, cerise sur le gâteau, on a fait des économies !

 

Bert Lambeck, un des directeurs de l’établissement, attribue clairement ce changement à la méthode sociocratique. Les chiffres semblent lui donner raison. « Vers la fin de l’année dernière », affirme Bert Lambeck, « j’ai jeté un coup d’œil sur les statistiques d’absences pour cause de maladie de tout le système. Sur les 13 établissements qui ont annoncé des chiffres supérieurs à l’objectif planifié pour l’année, 8 n’utilisent pas ou presque pas la méthode sociocratique. Ces chiffres sont frappants. Il est tout à fait évident que les écoles qui font un usage régulier de la sociocratie s’en sortent mieux que la moyenne. Et ce malgré le fait qu’un ou deux cas de longue maladie dans un établissement influencent considérablement les chiffres. »

 

Solutions créatives

 

« Quand t’es malade, t’es malade » dit Lambeck. « La sociocratie ne va rien y changer. Mais les gens ne se font plus porter pâles à cause de problèmes sur le lieu de travail. En 2001, ces absences étaient souvent attribuées à des ‘ problèmes psychologiques’. Aujourd’hui, quand des problèmes surgissent au travail, on les résoud. La méthode par consentement nous pousse à devenir créatifs, parce qu’elle fait  qu’on écoute les arguments des autres. Du coup, il y a moins de problèmes entre la direction et les équipes ainsi qu’au sein même des équipes. »

 

Il ajoute que la méthode de prise de décision au consentement a pour vertu de mieux responsabiliser les gens et que de ce fait, ils se font moins souvent porter malades. « Ils sentent toute l’importance de ce qu’ils font. »

 

 

Effets positifs

 

La baisse de l’absentéisme fait du bien aux finances de l’établissement. « Nous avons moins à investir dans le salaire des remplaçants », poursuit Lambeck.  Par exemple, en 2001, l’école avait même dû s’acquitter d’une amende pour avoir dépassé le montant budgeté des heures de remplacement. L’équipe des enseignants en tire également bénéfice, parce que lorsqu’on travaille régulièrement avec des personnes qui vous sont familières, on y gagne en stabilité. Cette régularité bénéficie aussi aux élèves. L’enquête de satisfaction auprès des parents révèle que ceux-ci sont d’autant plus contents de l’école de leurs enfants que l’absentéisme des enseignants  y est bas.

 

traduction libre d'un article : Healthier thanks to Dr SCM  paru dans la dernière Newsletter du Global Sociocratic Center