Bugey : un horticulteur fait reculer l'EDF et ses projets d'entreposage de déchets nucléaires !

Penser autrement: 

"BUGEY - L'horticulteur arrête l'ogre EDF"

...la victoire du pot de terre contre le pot de fer est toujours très gratifiante !

Ici, un cas qui peut faire "jurisprudence" ?


 
Un horticulteur a obtenu l’arrêt des travaux du futur site de déchets radioactifs du Bugey. Genève va à son tour déposer un recours contre EDF !
 
 
L’entrepreneur, qui exploite 10 ha de serres en aval de la centrale, a obtenu le 6 janvier dernier la suspension des travaux de construction du site d’entreposage de déchets ­nucléaires appelé Iceda qu’EDF voulait ouvrir en 2014. Le vaste entrepôt (8000 m 2 ) devait accueillir pendant cinquante ans 2000 tonnes de déchets radioactifs issus des neuf réacteurs nucléaires en cours de démantèlement en France.

 

[...]Spectacle pour le moins pittoresque que cette longue rangée de palmiers à proximité de la centrale nucléaire du Bugey, à Saint-Vulbas, dans l’Ain. Ce type d’arbres aperçus d’ordinaire en des lieux plus exotiques a été planté par Léonard Roozen, un horticulteur qu’EDF (Electricité de France), le propriétaire du site voisin, ne porte pas dans son cœur.
 
L’entrepreneur, qui exploite 10 ha de serres en aval de la centrale, a obtenu le 6 janvier dernier la suspension des travaux de construction du site d’entreposage de déchets ­nucléaires appelé Iceda qu’EDF voulait ouvrir en 2014. Le vaste entrepôt (8000 m 2 ) devait accueillir pendant cinquante ans 2000 tonnes de déchets radioactifs issus des neuf réacteurs nucléaires en cours de démantèlement en France.
 
Ce projet de décharge situé à 70 km à vol d’oiseau de Genève avait suscité une vive hostilité des autorités cantonales qui n’ont été ni consultées ni même informées par le gouvernement français. Mais là où à la fois le Conseil d’Etat genevois et le Conseil fédéral n’ont pu s’opposer à la volonté d’EDF d’implanter cette zone de stockage, un fleuriste a obtenu ­satisfaction.
 
 
Explications : l’avocat du requérant a pointé la non-conformité du permis de construire d’Iceda, accordé pourtant par le préfet de l’Ain en février 2010 et approuvé deux mois plus tard par le premier ministre François Fillon, qui a signé un décret d’autorisation.
 
 
Claude Cassé, du réseau Sortir du nucléaire, association qui a soutenu la démarche de Léonard Roozen, explique: «Le permis a été annulé car il était en violation avec le plan local d’urbanisme de la commune de Saint-Vulbas qui interdit toute occupation du sol liée à d’autres installations nucléaires que celle du Bugey, ce qui est le cas puisque des déchets de réacteurs de première génération comme ceux de Brennilis ou de Creys-Malville devaient y être entreposés.» Une subtilité qui n’a pas échappé au défenseur de Léonard Roozen.
 
Lire les extraits dans leur contexte et la totalité de l'article sur CREFRANCE Citoyens Responsables Ecologie France en cliquant ici !

 
La société d’horticulture a décidé de se montrer modeste et de ne surtout pas se vanter de son succès emporté face à l’ogre EDF.