Le conflit est source de créativité et d'apaisement !

Penser autrement: 

Nombre de chemins convergent pour nous rappeler que le conflit est une bonne chose, si on le traite correctement : la sociocratie, l'holacratie, et nombre d'autres pratiques qui ne se sont pas donné de nom ou de label, tous mettent l'accent sur les désaccords dans un groupe humain comme étant des sources formidables d'énergie, voire d'apaisement.

Contrairement aux affrontements d'egos qui deviennent vite stériles, aux agresssions inter-personnelles qui blessent, aux non-dits qui pèsent sur la vie de tout le groupe, les conflits sont le signe de gisements d'énergie, de convictions porteuses de motivations. Plutôt que de les éviter ou de vouloir à tout prix des réduire, il est plus utile de construire le conflit, de le mettre en mots, de le clarifier. 

En sociocratie, on appelle ça des "objections". Et la pratique a montré que l'expression des objections est extrêmement utile non seulement pour clarifier la pensée de celui ou celle qui les émet, mais pour l'ensemble du groupe qui en retire de l'apaisement et de la clarté.

Margaret Hefferman ne dit en fait pas autre chose, dans son exposé sur TED. "Osez ne pas être d'accord" dit-elle, en racontant comment une femme médecin a amélioré grandement ses performances de chercheuse en s'entourant de gens qui n'étaient pas d'accord avec elle, et qui avaient pour tâche de lui montrer ses erreurs et de prouver qu'elle se trompait. Comme ils n'y parvenaient que rarement, elle s'en est trouvée formidablement confortée dans ses hypothèses ! Margaret Herfferman défend l'idée que nous devrions enseigner dès leur plus jeune âge à nos enfants cette capacité à se lever et à défendre ses idées face à d'autres qui ne sont pas du même avis. A bon entendeur salut ¨!!

Patrick Viveret le dit aussi  : "A l’instar de la « haute qualité environnementale », construire le conflit comme alternative à la violence, le désaccord fécond comme outil de progression de la discussion dans un débat ; la démocratie étant notamment l’art de transformer des ennemis en partenaires-adversaires." Lire plus...

D'ailleurs, il va revenir à Genève, Patrick Viveret. Et on va mettre sur pieds un atelier de construction du conflit avec lui. En attendant, il y aura les Cercles de Transition. Affaire à suivre à la rentrée !